RAIL EMPLOI SERVICES "un service près de chez vous, simple réactif & solidaire"
rue du Léon 29830 Ploudalmézeau - Tél : 02.98.48.01.68 - Courriel : contact@rail-emploi-services.fr
FIL INFO
l'Assemblée Générale aura lieu le 2/06/22 à LANRIVOARE salle Malraux
Vous cherchez du travail ? appelez nous !
retrouver nous sur https://inclusion.beta.gouv.fr/
Prenez soin de vous en respectant les gestes barrières
RUE DU LEON PLOUDALMEZEAU ( près des serres de Gouranou)
un service près de chez vous, simple, réactif & solidaire
En 2022 RAIL EMPPLOI Services fête ses 30 ans :)

CDD et chômage

Post publié le 11/10/2016

image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/10/11/depuis-la-crise-les-allers-retours-entre-emploi-et-chomage_3124125.jpg


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/economie/emploi-toujours-plus-de-cdd-11-10-2016-11249509.php#dfUbY0UB2qfYVli5.99

Plus on connaît le chômage, plus la durée des contrats se réduit et plus les chances de trouver un CDI diminuent, confirme une étude de France Stratégie. Elle met en lumière un marché du travail à «deux vitesses».

Quel a été l'impact de la crise financière sur le marché du travail et sur les contrats proposés aux salariés ? Il suffit de regarder la courbe du chômage pour voir que le nombre de demandeurs d'emploi a progressé en France.

La crise s'est également accompagnée d'un recours croissant aux contrats courts - devenus des « variables d'ajustement », selon une étude de France Stratégie, organisme de réflexion rattaché à Matignon. Cette instabilité fragilise les plus précaires, remarque le rapport. Ainsi, plus on connaît le chômage, plus la durée des contrats se réduit et plus les chances de trouver un CDI diminuent. À l'inverse, les personnes en CDI n'ont qu'une faible probabilité (2 %) de connaître le chômage.

Résultat, depuis la crise, les allers-retours entre emploi et chômage sont plus importants : six actifs sur dix, de 2008 à 2014, contre un sur deux de 2003 à 2008.

Et lorsqu'on retrouve un emploi, dans près de six cas sur dix c'est un CDD ou un intérim, contre à peine quatre sur dix au début des années 1990.

 

La banque-assurance, secteur le plus stable


La forte progression des CDD dans les embauches (86 %) découle essentiellement d'un raccourcissement de la durée moyenne des contrats, avec un phénomène de réembauche chez un même employeur plus fréquent : quatre personnes sur dix réembauchées en 2012, contre une sur quatre en 2000.

Ces réembauches, effectuées sur les contrats de moins d'un mois, frappent en premier lieu les métiers de services, particulièrement ceux autorisant les CDD d'usage (hôtellerie-restauration, services à la personne, événementiel, etc.). À l'autre bout du spectre, la banque-assurance apparaît comme le secteur où la stabilité dans l'emploi est la plus forte.

Parmi les salariés en CDD ou en intérim, ceux qui ont des contrats de moins d'un mois présentent la plus forte probabilité de perte d'emploi. Et les chances de trouver un CDI à l'horizon d'un an diminuent, surtout pour les salariés en intérim (18 % entre 2008 et 2014, contre 20 % de 2003 à 2008) et pour les chômeurs (13 % contre 17 %). Cette difficulté d'accéder à l'emploi stable est de plus en plus forte chez les jeunes et les peu diplômés.

Au-delà du statut, l'emploi retrouvé l'est souvent à temps partiel (moins de 30 heures par semaine dans un quart des cas) ou en temps partiel subi (1,7 million de personnes, soit 800.000 de plus qu'en 1990).


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/economie/emploi-toujours-plus-de-cdd-11-10-2016-11249509.php#dfUbY0UB2qfYVli5.99
Concept et développement - Web Expert Office 2013 - Tous droits réservés